Le restaurant Japonais est-il diététique?

Par Olivia Meeus

Le restaurant japonais est-il diététique?

A priori, quand on entend « Shushi »  on pense « healthy », poisson cru, riz naturel, algues, crudités….bref, quelque chose de bon pour la santé.

Mais quand est-il réellement ?

La première alerte qui me vient,  moi qui ai une attirance particulière pour le sucré et qui ne peux pas finir un repas sans une note sucrée, (et oui ce syndrome atteint même les nutritionnistes), bizarrement après un repas chez le japonais… je n’ai aucune envie de sucré !

2 ème alerte :  j’ai constaté un « coup de barre » anormal qui arrive quelques heures après ce type de repas….

3 ème alerte : une patiente diabétique qui me dit voir sa glycémie monter en flèche après un repas à base de sushis….

J’enfile ma cape et je prends ma loupe de Sherlock Holmes afin de mener  l’enquête …le restaurant japonais est-il diététique?

Que se cache t-il derrière ce repas « bien être » ?

Un menu type de restaurant japonais se compose de :

Une entrée de choux, a priori bien innocente mais allons voir coté ingrédients :

choux blanc (très bien !), vinaigre ( très bien !) et du….. sucre ! Aie ça y est ça commence bien..sur une portion classique cela apporte 10g de sucre soit l’équivalent de 2 sucres en morceaux !

– 6 sushis et 6 makis (par exemple)

Ingrédients : riz vinaigré, poisson, algues séchées, apparemment rien de grave! Mais regardons de plus près :

Le riz vinaigré… Que cache ce nom bien sympathique? Quand on dit vinaigre on pense brule graisse non? Mais en réalité pour préparer 100g de riz cuit vinaigré il y a effectivement l’équivalent 1 cuiller à soupe de vinaigre de riz mais aussi 1 cuillère à soupe de sucre soit l’équivalent de 2 sucres en morceaux pour un plateau de 6 makis….

Une source importante de glucides à index glycémique haut :

Sachant qu’un sushi ou maki contient en moyenne 7g de glucides, pour un menu type on aura donc un total de 80g de glucides soit l’équivalent de 3/4 de baguette !

Mais vous allez me dire « oui mais le riz c’est mieux que le pain »… effectivement ! Mais si l’on prend la notion d’index glycémique qu’en est-il ?

Le riz blanc classique à un IG de 70 ce qui est déjà élevé et les aliments qui ont un IG haut favorisent la prise de poids.

Mais si l’on le cuit plus longtemps pour le rendre gluant comme ici cela le fait monter à un IG de 90 soit l’équivalent du pain blanc.

L’on comprend vite pourquoi notre chère patiente diabétique voyait son taux de glycémie monter en flèche.

Le poisson et les crustacés apportent des protéines et les poissons gras type saumon, thon rouge et maquereaux nous apportent en plus des «  bonnes graisses » et notamment des oméga 3. Il faut cependant porter une attention particulière au thon rouge qui contient généralement des traces de mercure, il serait donc à éviter.

-Le fameux gingembre mariné : humm ce petit goût sucré… ah encore ce sucré ! C’est diététique le gingembre à priori, des vertus prouveés sur la santé, alors qu’en est il des ingrédients ?

Ingrédients: gingembre, eau, sel, acide acétique, acide citrique, glutamate monosodique, sorbate de potassium, acesulfame K, saccharine sodique, sucralose , rouge anthocyanis.

Moi je dis bon appétit bien sûr !  Plein d’additifs et des édulcorants ! Et oui très naturel tout ça! A moins qu’effectivement notre chef cuisinier japonais marine son gingembre lui même….. Demandez-lui la prochaine fois 😉 

Il nous reste,

-Le wasabi qui est une crème de raifort japonais fermenté, apparemment rien à signaler de ce coté ci.

-La soupe miso : de l’eau, du miso, du toffu, des champignons, des algues et beaucoup de sel : l’équivalent de 500mg de sodium pour 1 petit bol.

Attention le miso est une pâte de graines fermentées tel que soja, orge, riz ou blé et contient donc du gluten.

-La sauce soja : beaucoup de sel 1000mg pour 1 cuillère à soupe ! Attention certaines peuvent contenir du blé ou de l’orge et contiennent donc du gluten. Et la sauce soja sucrée: ce n’est pas mieux: sauce soja, sucre, sirop d’amidon, glucose !Soit l’équivalent d’un morceau de sucre pour une cuillère à soupe !

Un repas de ce type est au total presque 2 fois plus salé qu’un plat préparé industriel !

Donc en résumé un menu « classique » au japonais c’est des sucres raffinés en quantités, des féculents à index glycémique haut qui favorisent donc la prise de graisse, du sel à gogo, des édulcorants et des additifs si l’on est fan de gingembre mariné  et du mercure si l’on est fan de thon rouge…Pas très sain tout ça !

En conclusion, oui le japonais c’est bon et on aime ça  mais cela doit rester un repas  « plaisir » et occasionnel !

Si cet article vous a plu, merci de laisser un commentaire ci-dessous!avatarpartage

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous Aimez Acteur de Sa Vie ?

Inscrivez-vous et recevez notre book Le Coup de Pied Aux Fesses d'Acteur de Sa Vie et restez informés des dernières nouveautés et exclusivités.

Vos informations sont protégées et confidentielles.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments

  1. Sébastien says

    Votre article devrait surtout insister sur le fait de fuir les « mauvais japonais », car visiblement c’est ce dont à quoi vous avez été confronté.

    L’histoire du riz ne trompe pas. Le vrai riz japonais est vidé de son excès d’amidon (plusieurs fois trempé / lavé) et il ne devient pas « gluant » comme de la colle qui a servi à l’édification de la grande muraille… 🙂 Son IG est plus doux car bien vinaigré et surement pas cuit dans du sucre blanc ! Tout comme la salade, il n’y pas de sucre, si ce n’est pour cacher un choux mal préparé !

    Allez vous faire un « vrai japonais » et vous y verrez nettement la différence. Le problème en Europe, c’est qu’il y a malheureusement beaucoup de « copie chinoise » … avec la qualité qui va avec …

  2. Olivia Meeus says

    Effectivement, merci Sébastien pour ce commentaire, je partage votre avis, il est primordial de faire la distinction, comme pour tout c’est une histoire de qualité et malheureusement nous sommes plus souvent confrontés aux médiocres qu’aux bons.
    Dans l’esprit des gens il y a confusion, j’ai au quotidien des patients qui mangent tous les midis à l’extérieur et qui pensent manger sain en commandant japonais mais pas « un vrai » comme vous l’entendez.
    Et cela peux faire l’objet d’un autre article sur « comment trouver un restaurant japonais qui soit vraiment diététique ». 🙂

    • Coudert says

      Bonsoir,

      D’accord avec tout ça.Autre méthode un peu radicale mais finalement très gouteuse :
      Supprimer le poisson au riz, se concentrer sur les sashimi.Se porter sur les salades de crudités et algues et enfin : portions compatibles avec nos besoins.

      Plus radical encore : les faire soi-même.
      Poisson sauvage ou bio (ou makis végétariens), remplacer le sel blanc par du sel complet, sucre complet ou miel, riz rond complet éventuellement (trouver un « collant » si nécessaire, je pense aux graines de chia ou au psyllium), gingembre sans additifs ou fait maison.
      Accompagné de moult tsukemono faits maisons.

      Je me lance bientôt.

  3. says

    @Sébastien : merci !
    La cuisine japonaise traditionnelle est tout à fait saine et diététique. Ce sont les pseudos restaurants japonais qui proposent des plats occidentalisés et effectivement très sucrés et très salés (histoire de rendre le client « accro ») dont il faut se méfier.

    Pour cela un petit indice : si la carte d’un restaurant japonais ne contient quasiment que des sushis, fuyez !
    Au Japon, les sushis ne constituent pas des plats principaux, ce sont plutôt consomés en apéritifs, comme des tapas. Un « vrai » resto japonais doit proposer toutes sortes de plats traditionnels (donburi, ramen, udon…. ) !

  4. Morgane Rose says

    Ça me donne envie de me faire un Jap… Je dois pas être normale… ^^

    Par contre personnellement quand je fais des makis, je met du vinaigre de riz et 1 cuillère de sucre suffit largement pour faire tout le riz que je prépare (donc environ 60-80 makis)
    Donc je ne sais pas comment cela à été calculé dans cet article mais ce point me semble un peu exagéré…

  5. Chuck Norris says

    Je trouve l’article affligeant tellement il n’y a aucune précision quant au menu décortiquer. Il faudrait préciser dans l’article et dans le titre la différenciation sur un restaurant de bonne qualité et un moins bon.
    Cela donne juste une impression de généralité et d’une intention à vouloir créer la confusion, car le même article pourrai être écrit pour n’importe quel cuisine, et oui on trouve du moins bon dans toutes les cuisines.

    • Théo Duverger says

      Bonjour! Bien entendu vous avez raison. Ceci étant dit l article se veut volontairement provocateur car l’immense majorité des restaurants japonais que l on trouve en France sont ceux dont parle Sebastien. Et Olivia parle clairement d’un menu type. Elle nous indique ici ce qui est traditionnellenent commandé sous la fausse croyance que l’on mange du « diététique »

  6. Kabine says

    Tout dépend de ce qu’on mange au japonais… Personnellement, je prends pas leur soupe miso, ni la salade de chou, ni le gingembre et je n’utilise pas la sauce soja. Reste donc le riz vinaigré, l’algue et le poisson.

    Le riz n’est pas super cuit au contraire, quand je les fais chez moi en moins de 10 minutes il est cuit. Le vinaigre baisse son IG ainsi que le fait qu’il soit lavé. De plus je crois que le fait qu’il soit froid abaisse aussi son IG…

    Quand on y ajoute le sésame, je crois aussi que le combo est bon mais je suis pas sûre et je sais plus pourquoi.

    Bref, j’ai la chance d’avoir un bon japonais près de chez moi (du coup quand je vais ailleurs, j’aime moins) et vos réserves sur ce type de cuisine ne semble pas me concerner puisque je consomme uniquement le riz et le poisson et en faisant ça, je n’ai pas non plus cet envie de sucré, ce qui je trouve est un bon signe et pas un mauvais…

    Le sucre du riz me choque pas, c’est plus ou moins la même quantité qu’on mettrait dans un yaourt ou dans un café…. Après c’est sur si on cumule tout, c’est trop.

Laisser un commentaire