Le pouvoir du silence

Le pouvoir du silence

J’aurais pu commencer cet article de façon très provocatrice. Placer un titre en haut d’une page web et laisser le reste de cette page vierge. Je ne sais pas comment vous auriez réagi. Peut-être certains parmis vous auraient juste pris le temps de cette page blanche pour s’arrêter un instant. Faire une pause et apprécier ce qui se passe en eux lorsque le silence se fait.

Je vous propose MAINTENANT de réaliser cette simple expérience. Observez tout ce qui change, tout ce qui se transforme et tout ce qui bouge lorsque le silence se fait. Peut-être ressentirez-vous du bien-être, de la relaxation, mais il n’est pas impossible non plus que vous ressentiez comme une légère gêne.

Ce qui est certain, c’est que lorsque nous nous taisons, nous expérimentons quelque chose de nouveau. Et ça peut-être très déroutant.

Habituez-vous à être à l’aise avec le silence. Parce qu’être à l’aise avec le silence peut vous aider à plusieurs niveaux.

Le pouvoir du silence sur soi

La première vertu du silence…c’est que lorsque l’on se tait, au moins on ne dit pas de bêtise! Il est des paroles que l’on dit parfois rapidement, qui nous sortent de la bouche de façon automatique. C’est comme si elles jaillissaient d’on ne sait où. Et malheureusement, une fois que ces paroles se sont échappées…c’est trop tard. On ne peut pas faire marche arrière. Alors on regrette. Vous savez ce qui reste à faite…Taisez-vous!

Le silence est aussi un excellent moyen, au milieu d’une conversation, de vous recentrer sur vous. Quoi de pire au milieu d’un discours, que de se mettre à paniquer, à bafouiller et ponctuer son texte de « eeeeeeeeuh… » agaçants? Et pourquoi vous ne profiteriez pas simplement de ce moment de grande solitude généralement, pour prendre un temps pour vous? Un silence vous donnera l’occasion de respirer à pleins poumons. Faites entrer un maximum d’oxygène pour alimenter votre cerveau et vous serez surpris de constater avec quelle facilité vous pourrez reprendre simplement le cours de votre exposé.

Le silence est aussi un excellent moyen de se mettre à l’écoute. Les gens qui vous entourent, vos collègues, votre famille même, ont des choses à vous dire. Faites l’effort de vous taire et de les écouter. Il est fort à parier que la qualité de votre communication en sera renforcée. Et puis, souvent, on s’enrichit au contact des autres. Les écouter est une forme d’apprentissage très efficace.

Le pouvoir du silence…sur les autres

Qui vous a écouté dernièrement? Je veux dire, sincèrement écouté? Votre psy? Votre thérapeute? Quels sont les gens autours de vous qui vous écoutent réellement lorsque vous vous confiez à eux? Qui ne vous coupent pas régulièrement avec des « ah oui, je vois, c’est comme moi ce qui m’est arrivé …etc… » ? Observez comme beaucoup de gens ne savent pas réellement écouter.

Lorsque vous écoutez quelqu’un sincèrement, vous ne pouvez pas imaginer le bien que vous pouvez faire à cette personne. C’est tellement rare cette qualité d’écoute dans notre vie quotidienne, que nous perdons l’habitude d’être écouté. Ainsi, lorsque vous vous mettez sincèrement à faire silence et écouter quelqu’un, l’importance que vous prendrez pour cette personne sera décuplée. Vous deviendrez celui auprès de qui on peut se confier. Celui à qui l’on peut réellement dire les choses et auprès duquel on peut enfin se sentir compris.

Un grand principe de coaching, de PNL et d’hypnose consiste à dire que le changement vient du sujet, pas du thérapeute. C’est le sujet qui fait le travail, qui établit les connexions mentales, les prises de conscience qui entraînent le changement.

Installez subtilement du silence dans vos conversations, et laissez vos interlocuteurs trouver leurs réponses eux-mêmes.

De la même façon que vous pouvez laisser la place à la réflexion et permettre à vos sujets de trouver la solution par eux-mêmes, pourquoi ne pas utiliser le silence au milieu d’une négociation?

Imaginez un peu la scène. On vous pose une question et vous laissez un gros silence. Que va-t-il se passer dans la tête de votre interlocuteur? Il est probable, si vous êtes parfaitement à l’aise avec le silence, que celui-ci au contraire, va se trouver dérouté, destabilisé par votre comportement. C’est tout à votre avantage. Vous fissurez le schéma habituel de la conversation de votre interlocuteur, et vous aurez alors tout le loisir de profiter de ce moment de déstabilisation pour placer quelques bonnes suggestions quant à l’objet de votre négociation.

Qu’en pensez-vous? Je vous propose d’écrire dans les commentaires ci-dessous les anecdotes où votre silence a été plus utile que vos paroles.