Comment surmonter sa timidité

Comment surmonter sa timidité

L’autre jour, je lisais un livre de l’excellent Richard Bandler, le co-créateur de la PNL, un sujet que j’affectionne particulièrement vous le savez, et je tombai par hasard sur la façon avec laquelle Bandler avait, en partie, créé la PNL. Il a simplement interviewé des dizaines de personnes qui avaient changé de comportement du jour au lendemain et s’est aperçu d’une chose commune chez ces sujets, c’est qu’une grosse partie de ce changement radical s’est produit lorsque les sujets en ont eu vraiment raz le bol de leur comportement aberrant. Ils ont simplement décidé qu’ils ne pouvaient plus le reproduire et cette histoire m’a inspiré la rédaction de l’ article ci-dessous.

Cet article se penche sur la manière dont l’un de mes proches à surmonté sa  timidité. J’espère que cette histoire sera une source d’inspiration pour beaucoup de gens .

J’ai toujours connu cet ami comme étant quelqu’un de timide. Aussi loin que je puisse me rappeler, dans son enfance comme dans son adolescence, c’est toujours l’adjectif qui le qualifiait. Et même si cette description était vraie , lui voulait toujours être comme les autres, avoir la même confiance en lui et vivre en société « comme tout le monde » . Le problème était qu’il ne savait pas comment gagner cette estime de soi et il avait de réelles difficultés à socialiser.

Il y avait de nombreuses raisons pour lesquelles cette personne était timide. Sa famille , sa nature, ou n’importe quelle autre raison aurait pu être mise en avant.

En grandissant, il a aussi du faire face à un problème de bégaiement qui, comme vous pouvez l’imaginer n’a pas aidé à accroître son niveau de confiance en soi. Au contraire, ça ne faisait qu’ajouter une difficulté supplémentaire à ce qui était déjà pour lui une tâche difficile…rencontrer et se mêler à d’autres personnes . Il a vécu avec ce léger handicap pendant pratiquement 18 ans avant de s’en séparer!

Mon ami a toujours préféré être dans son coin, beaucoup de gens le considéraient comme un solitaire . Quand il était replié sur lui, personne ne pouvait lui faire de mal et il n’avait pas à subir non plus la gêne occasionnée par son bégaiement. Ce qui était étrange m’a-t-il avoué, c’est que dans sa tête, il se sentait être une personne très confiante en elle et qui était désespérée de pouvoir montrer au monde qui elle était réellement.

Etant timide, il lui était difficile aussi de nouer des relations avec des femmes.

À l’âge d’environ vingt et un ans , mon ami a décidé de tenter de surmonter sa timidité une bonne fois pour toutes . Il devait comprendre les véritables raisons pour lesquelles il était timide et les traiter l’une après l’autre. Il s’est alors posé de nombreuses questions telles que:

Pourquoi ai-je peur des gens? C’était parce qu’il avait peur de ne pas être accepté ou aimé . Les autres, pensait-il alors pouvaient le blesser, être agressif envers lui ou le narguer au sujet de son bégaiement . Il réalisa alors qu’il était à la limite de la paranoïa, et qu’il devait arrêter de se faire des films à longueur de journée sur la manière dont ses rencontres allaient se passer et comment les autres allaient le juger (pour les amateurs, il passait progressivement en référence interne, tri sur l’autre).

Pourquoi ai-je peur de la socialisation ? Simplement parce qu’il avait l’impression qu’il n’avait pas beaucoup de choses à dire. Il croyait que les gens penseraient qu’il était ennuyeux. Sa résolution a été toute simple: Il allait faire de son mieux et voir ce qui se passerait, que risquait-il finalement?

Pourquoi n’osait-il pas s’approcher d’un membre du sexe opposé? C’était parce qu’il pensait (allez savoir pourquoi), que les femmes ne s’intéresseraient pas à lui et allaient l’envoyer promener. Encore une fois sa technique a été de se dire, si je ne tente pas, comment pourrais-je le savoir?

Mon ami était donc quelqu’un qui avait peur de l’échec et peur d’être rejeté.

Il s’est mis à réaliser que sur dix personnes qu’il allait rencontrer , trois ou quatre d’entre elles pourraient être susceptibles de ne pas l’apprécier… mais cela signifie qu’il y en aurait six qui l’aprécieraient. « La vie est trop courte pour être constamment paranoïaque et stressé. Je dois lutter contre ma timidité et m’en libérer une fois pour toutes « .

Voilà comment il s’est arrangé pour transformer ses croyances tout seul comme un grand.

Dans ce fameux livre de Bandler, il raconte aussi qu’une fois que les gens ont pris connaissance de leur problème, ils se regardaient avoir leur comportement et se trouvaient ridicules. Bandler venait juste de découvrir la dissociation. Dans son livre par ailleurs, l’auteur faisait aussi mention de la façon dont les croyances se forment. Par généralisation d’une expérience, par déformation d’une expérience, ou par subjectivité et enfin par délétion d’une partie de la réalité.
Ainsi chaque jour naissent des croyances qui peuvent affecter grandement la vie d’un individu.