Comment sortir d’une dépression

Comment sortir d’une dépression?

Cet article fait partie de l’évènement « A la croisée des Blogs« , organisé par Dominique Chayer, du blog « Choisir le Bonheur« . Vous pouvez retrouver d’autres articles de ce genre sur le site généraliste « Développementpersonnel.org »

 

La Dépression n’existe pas!

Je sais, je jette un énorme pavé dans la marre, mon ton se veut volontairement provocateur (qui a dit comme d’habitude?), mais avant de m’incendier de commentaires plus ou moins agréables…Lisez l’article jusqu’au bout!

dépression3

Avant toute chose, j’aimerais commencer cet article par la citation suivante:

 « Les plaintes des clients sont semblables aux serrures fermées de portes qui s’ouvrent sur une vie plus satisfaisante. Les clients ont essayé tout ce qui leur paraissait raisonnable, juste et bien, et ce qu’ils ont tenté était fondé sur leur propre perception de la réalité, mais leur porte est restée close; ils pensent par conséquent qu’il n’y a pas de solution à leur situation. Cela les conduit souvent à des efforts de plus en plus importants pour comprendre pourquoi la serrure est comme elle est ou pourquoi elle ne s’ouvre pas. Pourtant, il paraît clair que les solutions doivent se trouver dans les clés plutôt que dans les serrures, et que les passe-partout (de différentes sortes) peuvent ouvrir un grand nombre de serrures différentes. Il suffit qu’une intervention convienne pour qu’une solution puisse émerger. Il n’est pas nécessaire qu’elle égale la complexité de la serrure. Le simple fait que le problème présenté par le client soit compliqué n’entraîne pas que la solution doive l’être également »

cadenas fermé

Nous devons cette magnifique métaphore à l’un des grands noms de l’approche des problèmes par des thérapies brèves, Steve de Shazer.

J’aimerais que vous preniez le temps une seconde de réfléchir à ceci. Combien d’entre vous ont déjà consulté pour un problème de dépression? Combien d’entre vous se disent ou se pensent dépressifs?

Maintenant faites le constat suivant. Si vous avez déjà connu cet état que l’on appelle « la dépression », vous avez certainement consulté un thérapeute ou alors vous êtes-vous probablement précipité sur la littérature traitant du sujet.

Et vous aurez fait, dans un cas comme dans l’autre, l’amer constat…on parle beaucoup de votre dépression, vous la ressassez beaucoup…Mais quand parle-t-on des solutions?

Vous trouverez sans doutes des centaines de bouquins énormes et passerez probablement des centaines d’heures chez votre thérapeute pour parler de votre « problème »…mais quand allez-vous, bon sang, vous tourner vers la solution? Comment sortir d’une dépression?

Comment vaincre la dépression?

Sortez des sentiers battus! Arrêtez de vous lamenter sur cette « serrure » si complexe au premier abord et trouvez-vous un « passe-partout ».

Les thérapies brèves sont vos amies! On a déjà vu des « dépressifs » sortir d’une séance d’hypnose parfaitement guéris! Une simple désactivation d’ancrage est parfois la seule chose à faire pour vous sortir de ce bourbier.

La thérapie provocatrice aussi, par le choc qu’elle va procurer au patient peut parfois s’avérer utile (quoiqu’à utiliser avec beaucoup de précaution et après avoir instauré un réel lien patient-thérapeute)

Le thérapeute, justement parlons-en. Vous entrez dans son cabinet et commencez à vous plaindre…si à un moment donné il ne vous stoppe pas pour vous dire « ok, vous venez de me parler de tout ce qui ne va pas…et si à la place vous me parliez de ce que vous voulez vraiment? Et si d’ailleurs nous précisions ça ensemble? »…changez de thérapeute!

Pour reprendre Shazer, il n’y a pas de résistance possible, l’habileté du thérapeute dans son approche ainsi que le soin qu’il apporte à créer chez le patient une véritable envie de coopérer à sa « guérison » est nécessaire

« …pour moi, l’objectif de la thérapie n’est pas la suppression du symptôme, mais bien plutôt l’aide qu’on apporte au client pour qu’il puisse mettre en place quelque chose qui lui permette d’atteindre le but fixé. Dans la plupart des cas, il est possible de trouver une signification nouvelle et bénéfique à certains aspects de ce qu’on appelle « symptôme »… » Shazer

Les techniques de confusion, l’humour, une grande congruence dans les propos ainsi qu’un rapport patient-thérapeute sont les outils indispensables pour créer de nouveaux « passe-partout » et aider ainsi les patients à sortir d’une dépression.

Je voudrais vous livrer une expérience qui a pu arriver en séance avec un patient. Celui-ci vient consulter pour une dépression qu’il traîne depuis de longs mois, avec des envies de suicide fréquentes…Croyez-le ou non, il aura suffi d’une seule séance, j’ai bien dit une seule pour que ce patient améliore grandement sa condition. J’ai utilisé la technique de « désactivation d’ancrage » ( je reviendrai dessus dans un prochain article, cette technique nécessite un article à part entière mais pour résumer, on annule l’ancrage négatif par un ancrage positif)

Un autre jour, j’étais au restaurant avec d’autres hypnothérapeutes, il était 1h00 du matin nous étions seuls dans le restaurant quand il nous a pris l’envie de réaliser une expérience « sauvage » sur la serveuse du restaurant. Elle s’est retrouvée rapidement en transe. Sa patronne l’observait et, curieuse, nous demande si nous pourrions faire quelque chose pour elle. Dans le cadre ouvert du restaurant, sans aucune confidentialité, il était impensable de la faire parler de son problème, mais elle nous dit que quelque chose en elle s’est brisé depuis 3 semaines et qu’elle a énormément de mal à refaire surface. Une fois de plus, il était impensable de lui faire parler de son souci devant ses employés, alors nous décidons de lui faire ce protocole de désactivation d’ancrage, en lui créant un ancrage fort positif au niveau de son ventre.

3 semaines plus tard, en repassant dans le coin, je retourne voir la patronne de ce restaurant qui m’accueille avec un immense sourire « Monsieur, lorsque vous m’avez vu, je venais de faire une fausse couche et j’avais terriblement de mal avec cette situation, aujourd’hui, grâce à ce que vous m’avez fait, lorsque je pose la main sur mon ventre, je me sens tellement bien! »…Madame, c’est vous et vous seule qui avez tout fait, je n’ai fait que vous accompagner.

Je ne dis en aucun cas que les deux cas précédents ont été totalement guéris. Il est même fort probable qu’un travail complémentaire eût été nécessaire. Cependant, nous avons transformé ces symptômes insupportables en quelque chose de beaucoup plus supportable.

Arrêtez de vous plaindre!

Encore une fois, ce conseil plus qu’utile. A part ressasser sans cesse la même chanson…ça ne sert à rien. Et ne croyez surtout pas que vos malheurs intéressent quiconque dans ce bas monde. Surtout pas vos amis qui vont d’abord vous écouter parce qu’ils sont polis, mais qui finiront par vous trouver franchement ennuyeux et vous fuir l’un après l’autre.

Au lieu de vous lamenter sur votre situation…bougez-vous. Mais bougez-vous utilement. Il y a une grosse différence entre être productif et être occupé. Saurez-vous faire la distinction?

Soyez productifs dans la recherche de solution.

N’hésitez pas à m’écrire dans les commentaires qu’elles ont été vos solutions pour vous sortir d’un état dépressif. Vos expériences sont précieuses!