La relation à l’autre: besoin ou envie?

La relation à l’autre: besoin ou envie?

Le thème d’aujourd’hui fait partie du Festival des blogs de Février, que j’ai la chance d’organiser grâce au site développementpersonnel.org. Vous trouverez l’article de lancement ici.

J’ai choisi ce thème car bien souvent, dans mes séances de coaching, je le retrouve au coeur des problèmes de mes clients. Qu’il s’agisse de leurs relations amoureuses, familiales, professionnelles, qu’il soit exprimé de prime-abord ou par le biais de la peur du regard de l’autre ou de La peur du rejet  c’est quelque chose de très présent dans nos vies…et pour cause: nous sommes des individus sociaux. Donc, par définition, nous vivons au milieu d’autres humains avec lesquels nous interagissons.

Cependant, il arrive souvent que ces relations soient plus subies que choisies.

Combien d’entre vous se sont retrouvés un jour à entamer une relation avec quelqu’un avant de vous rendre compte que celle-ci était, sinon toxique, au moins pénible? Le genre de relation qui vous pompe toute votre énergie.

Je ne parle pas des relations que nous engageons avec des pervers narcissiques, et dont nous finissons piégés petit à petit. Je ne parle pas non plus des relations, qui entrent dans le fameux triangle de Karpman « Sauveur-bourreau-victime », non. Bien avant ce genre de relations typiquement négatives, épuisantes, il en existe bien d’autres.

triangle-de-Karpman6

Je vous parle des relations que nous tissons tous les jours. Avec l’inconnu qui passe comme avec votre patron, votre associé ou votre femme.

Vous êtes-vous déjà posé la question: « cette relation, en ai-je envie…ou plutôt besoin? »

Si une réponse complète à cette question nécessiterait certainement l’écriture d’un livre entier au moins, je vais aborder ce point dans cet article, sous l’angle des relations de business. Et pas n’importe lesquelles, les relations à l’intérieur d’un réseau d’affaires.

Je reviendrai dans d’autres articles sur cette question appliquée aux relations de couple, mais, étant donné que cet article fait partie d’un carnaval d’articles dont les autres blogueurs ont déjà traité la question sous cet angle, je ne m’épancherai pas dessus cette fois. Vous aurez à disposition tous ces articles dans un ebook qui les rassemblera tous.

Les relations dans le réseau d’affaires

Lorsque vous voulez développer votre business, ou plus simplement lorsque vous souhaitez faire des rencontres de personnes proches de votre domaine d’activité, pour partager, échanger sur vos sujets préférés, le réseau d’affaires est LA SOLUTION.

Ok, mais pour participer à un réseau, pour en être un membre actif et en tirer tous les bénéfices possibles, vous allez devoir vous plier à quelques règles. Je vous parlerai assez régulièrement de celles-ci et vous donnerai des trucs et astuces pour réseauter comme un pro. Mais aujourd’hui je vais simplement aborder la relation dans le réseau sous le prisme du besoin ou de l’envie.

Besoin ou envie?

Bien entendu, un réseau d’affaires est, par définition, un endroit où vous pouvez potentiellement développer votre business. Les autres membres du réseau étant là pour vous recommander, recommander vos services professionnels etc…

Ainsi on pourrait croire que les relations que nous tissons dans un réseau sont des relations de type « BESOIN »!

Que nenni! Ce serait même contre-productif de réseauter dans cet état d’esprit. Comme dans une relation amoureuse, une relation de type « besoin » sonne faux, on la perçoit avec méfiance.

Si vous venez d’arriver dans un réseau d’affaires (ça peut-être un réseau organisé ou un réseau plus classique comme celui dans lequel vous baignez déjà), vous devez adopter l’esprit réseau.

Vous êtes là pour en tirer le maximum de bénéfices et ça, c’est ok, tout le monde est là pour ça…MAIS: vous êtes avant tout des êtres sociaux. Rien de plus désagréable que d’avoir la sensation d’être utilisé, de servir uniquement à dépanner quelqu’un!

Je me souviens, lorsque j’étais encore vétérinaire, j’avais régulièrement dans mon réseau d’ « amis », certaines personnes qui m’appelaient après plusieurs longs mois de silence, plusieurs années même parfois, simplement parce que leurs animaux étaient malades et qu’ils souhaitaient que je les dépanne…Autant vous dire que ces demandes n’étaient pas les bienvenues et que je n’étais pas dans un très bon état d’esprit pour  répondre à leurs demandes.

Dans votre réseau business, c’est la même chose. Si vous avez les dents qui rayent le parquet, si vous êtes là uniquement pour être servis et profiter au maximum sans rien ou peu donner…vous serez assez vite mal perçus.

La clé du réseau c’est peut être vous retrouver dans une relation de type « ENVIE ».

L’envie d’aller à la rencontre de l’autre. L’envie de partir à sa découverte, sincèrement. Votre principal atout est là.

Dans un réseau il existe différents temps. Le temps de l’action, de la demande, et le temps de la création de la relation. C’est probablement le temps le plus intéressant. Une de vos principales qualités ici sera très certainement la philanthropie. Pendant ces temps de création de la relation, vous devez être sincères. Vous devez vous intéresser sincèrement à l’autre. C’est comme ça que vous apprendrez à le connaître et à créer des liens réels avec lui.

Pendant toute cette période, vous aurez loisir de pouvoir envoyer l’ascenseur, c’est à dire, à pouvoir aider, conseiller, recommander l’autre. C’est pendant ce temps que vous serez « offreur » que vous préparez votre réussite « business » à l’intérieur de votre réseau.

La réciprocité

Pourquoi?

Pour la simple et bonne raison qu’il existe une règle d’influence qu’on appelle la réciprocité. 

Nous reviendrons dans d’autres articles sur cette règle, mais pour faire simple, cette règle dit que lorsqu’on vous fait un cadeau, vous vous sentez « obligé » de faire un cadeau en retour.

Aussi, le nombre de « cadeaux » (recommandations, services etc…) que vous aurez rendu aux membres de votre réseau feront de ceux-ci, vos obligés.

Par votre relation de type ENVIE (envie de rencontrer, de connaître, d’aider, de partager), vous préparez votre relation de type BESOIN (besoin de recommandation, de services etc…), qui est cette fois une relation de besoin très saine, puisqu’elle entre dans les règles d’un réseau d’affaires où, justement, les membres sont là parce qu’ils y trouvent un intérêt.

Laissez vos commentaires ci-dessous!avatarpartage

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous Aimez Acteur de Sa Vie ?

Inscrivez-vous et recevez notre book Le Coup de Pied Aux Fesses d'Acteur de Sa Vie et restez informés des dernières nouveautés et exclusivités.

Vos informations sont protégées et confidentielles.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments

  1. says

    Merci pour cet article très intéressant.

    Si je comprends bien le fond de ton article, tu nous conseilles de changer de paradigme et d’avoir envie de tisser des relations professionnelles/amoureuses au lieu de le faire par besoin. Est-ce bien cela ?

    Si c’est bien ton propos, je me permets de te poser une question : et que faire s’il est nécessaire d’avoir une personne capitale dans son réseau mais que nous n’apprécions pas sa présence ?

    Travailler plus fort pour changer son paradigme ou accepter que certaines relations dépendent du besoin ? Je parle donc ici d’un point de vue professionnelle malgré que ce ne soit pas le sujet fondamental de l’article.

    Merci encore !

    • Théo Duverger says

      Salut Christopher et merci pour ce com’
      Tellement pertinent qu’il nécessite un article qui lui sera réservé! Tiens, je pourrais même demander à Fabrice Touzet du blog « décroche ton job » d’en écrire un dessus. Ca pourrait être intéressant de croiser nos points de vue!
      A très vite!

  2. Franck Bacquet says

    Bonjour Theo
    Je decouvre avec gourmandise et beaucoup d interet les differents sujets developpés sur votre site. Celui ci me « parle » particulièrement, le réseau qu’il soit personnel ou professionnel peut être exponentiel et nous ne maitrisons que très peu les qualités humaines ou professionnelles des relations des amis de nos amis ou des contacts de nos contacts, a moins que nous n ´ayons nous même « choisis » de constituer le noyau dur de notre réseau sur la base de valeurs fortes qui du coup peuvent se propager de façon « virale » a l intérieur du réseau. De ce fait même si nous souhaitons intégrer une personne qui  » sur le papier » n est pas forcément conforme á nos valeurs ou avec qui nous n avons pas de grosses affinités, la force d une approche philanthropique est peut être de voir en lui un potentiel qui au contact du réseau peut se révéler et s’aligner sur des valeurs communes. Est ce que tout cela n’a pas finalement beaucoup a voir avec la confiance? Celle qu’on porte aux autres et a nous même?

    • Théo Duverger says

      Bonjour et merci de l’intérêt porté à ce blog.
      Effectivement, la confiance sera le moteur d’une relation de réseau efficace, dans tous les sens du terme.
      Un potentiel que l’on porte et que l’on offre à quelqu’un qui se révèlera, ou pas déterminant par ailleurs.

Laisser un commentaire